Kinésiologie - Questions d'éthique
Françoise Dumont-Muraille - Kinésiologie
Questions d'éthique

Le kinésiologue est un “facilitateur”, en ce sens qu'il facilite le dialogue entre une personne (un animal) et la sagesse de son corps, pour l'amener à trouver elle-même les ressources nécessaires à son mieux-être. 

Le kinésiologue ne peut rien imposer. C'est le corps de la personne (de l'animal) qui décide des changements à mettre en œuvre. Le pouvoir appartient donc à cette dernière et elle demeure entièrement responsable du choix comme du rythme de son évolution.

Il en est de même dans toutes les techniques que j'utilise dans mes consultations. En aucun cas, je ne décide pour la personne ou l'animal de ce qui est bon pour lui. 

Il va de soi que je respecte la confidentialité de ce qui se dit en consultation. J'observe une attitude d'écoute bienveillante et sans jugement. Mon but est de rendre son autonomie à la personne qui me consulte. Dès lors, je ne favoriserai aucune dépendance à mon égard. 

J'accompagne la personne dans son évolution, mais je ne suis pas médecin : je n’établis pas de diagnostic médical, je n'établis pas de prescriptions ni ne soigne. En aucun cas, les techniques énergétiques que j'applique ne se substituent à une consultation chez le médecin, ni à l'avis d'un thérapeute en psychologie ou psychiatrie.


Page précédente                                                                  Page suivante